Démarche & Portfolio

Portfolio SofiA///Bénéteau

La notion de structure est l’axe sur lequel ma démarche artistique s’organise. Le rapport à la matière fonde ma pratique, mes outils de prédilection sont le dessin, les actions in-situ et les installations.

Le quotidien par ses subtils changements fait la richesse des journées. Les formes graphiques lambda sont mes supports de référence. L’ordinaire se construit et évolue afin de capter un art et une philosophie de vie qui le rend captivant. À l’étranger, je confronte mes habitudes, à celles d’autres cultures. Le voyage m’attire dans l’observation de la diversité des pratiques.

Mes installations in situ repoussent légèrement les limites du possible dans l’espace public. En sortant de leur contexte des actions quelconques, j’invite les habitants à regarder le quotidien sous le prisme de l’inattendu. Ces travaux sont souvent en lien avec des textes. Je les transforme, les recopie, les photocopie, les superpose pour avoir un rapport distinct aux mots et à la graphie. Les structures urbaines et les éléments naturels servent de support à mes œuvres. Celles-ci se dégagent du trivial pour révéler la simplicité et la poésie qui légende l’anonyme.

« Je veux créer une situation dans laquelle la réalité elle-même devient sujette à caution. Où chacun doit remettre en question ses préjugés et son rapport aux objets qui l’entourent » (propos de Mona Atoum, BOMB magazine n°63 printemps 1998).

Lors de l‘exposition de Mona Atoum au Centre Pompidou en 2015, des cartes paradoxales sont exposées. Cette année coïncide également avec mon premier voyage au Japon et à la lecture du livre de Roland Barthes, L’empire des signes. Ces deux rencontres ont orienté mon regard vers les cartes.

La cartographie est un système de représentation qui fournit des schémas de phénomènes physiques ou d’objets complexes. Les plans donnent forme à des images de délimitation de l’environnement : les rues, les quartiers, les champs, les forêts sont autant de contours qui organisent l’espace terrestre. L’aspect graphique de ces dessins est utilisé pour amener une lecture esthétique qui invite à réfléchir sur le rapport à l’environnement. Les cartes signent un premier voyage par la pensée, puis l’errance et enfin la réminiscence.

Ma technique artistique est reliée à la matière par des gestes instinctifs, c’est un lien presque enfantin à la création. L’utilisation de matériaux primaires et naturels correspond à mes ressources de prédilection, tels que le tissu, le papier, le bois, la cire d’abeille, la colle de riz, d’algues.

Chaque séance de dessin est précédée d’un échauffement corporel pour apporter un meilleur ressenti de mon corps. Mon trait acquière, ainsi, une plus grande fluidité et spontanéité. La calligraphie chinoise est un art que j’expérimenté depuis 2007. Je l’utilise comme un exercice de méditation active. Traces des lignes, de manière répétitive invite à faire le vide dans l’esprit et remplir le corps d’un geste simple et tonique.

Les éléments de la quiddité, tels que les lignes créer par la nature ou par l’activité humaine s’inscrivent au centre de ma pratique. L’observation de la nature, des plantes provenant de pays ou de temps lointains vise quant à elle une autre forme d’évasion. Progressivement, mon regard c’est orienté sur les poaceae, ou graminées, pour deux raisons ; leur structure graphique et leur répartition cosmopolite.

La superposition des plans de ville et des dessins de plantes porte la réflexion sur la structure de notre écologie et d’un nécessaire équilibre ténu. Les végétaux s’immiscent subtilement par l’apparition de micro mousse, de formation bactériologique. La trame des végétaux, par sa structure même, ressemble à la forme de nos villes lorsque l’on observe des atlas.