Démarche

Au travers de mes déambulations et de mes voyages, je repère, croque, photographie. Sensible aux activités humaines, aux constructions végétales et aux marques du temps,  je réinterprète la vie en mouvement. Les propos de Tapiés illustrent l’un des aspects de mon travail « Peindre, c’est une façon de réfléchir sur la vie (…), c’est une volonté de voir et d’approfondir le réel, de collaborer à sa découverte, à sa compréhension. Peindre, c’est aussi créer la réalité. »

Mon atelier est situé dans une enclave urbaine entre deux voies ferrées. C’est un quartier en pleine restructuration qui a influencé directement ma dernière série de peintures.

L’observation de zone en chantier, en démolition contient un potentiel qui m’apparaît comme des compositions artistiques à ciel ouvert. Je positionne des morceaux de bâtisses usées, de murs décrépis tels des cicatrices urbaines; mémoire de nos villes en perpétuel mouvement. Se forme alors un répertoire d’images qui servira de matière première pour mes compositions picturales. Mes dessins se chevauchent sur la toile, s’entrelacent, se superposent évoluant vers l’abstraction ; certaines personnes y voient des scènes loin du sujet d’origine. J’aime à laisser libre cette part d’interprétation.

Entre jeux de couleurs et lignes de force, mes peintures jouent sur les accumulations chromatiques et graphiques. Le travail de Basquiat m’a amenée à libérer mon geste par l’utilisation de pastel. Ce médium me permet de poser un trait affirmatif assurant la spontanéité des dessins. La couleur rééquilibre cette profusion de lignes apportant des effets de profondeur. L’ensemble donne naissance à des palimpsestes de lignes et de couleurs.

L’étude de la calligraphie chinoise et du Qi-Jong depuis sept ans me permet de donner plus de force et de justesse dans mon geste pictural. « La calligraphie chinoise n’est certainement pas une simple écriture. Ni des symboles ou des pictogrammes ordinaires. De même que la peinture ne se limite pas à une simple représentation de la forme ou d’un sujet. Calligraphie et peinture doivent rayonner avec la même puissance spirituelle, laissant apparaître la maitrise de la forme et de l’abstrait. C’est ainsi que la pensée de Shi Tao s’exprime : « La calligraphie et la peinture, deux branches, issues de la même racine, exigent la même discipline et technique. » » Extrait du livre L’union de l’encre et du pinceau de Feng Xiao-Min.

Ces propos résument fort bien ce que je cherche dans la calligraphie, mon travail tend vers l’abstraction  tout en puisant son origine dans les formes organiques. On peut retrouver dans mes peintures des visions sous terraines ou aériennes dans lesquelles se croise l’infiniment petit avec l’infiniment grand. Je joue sur les relations d’échelle où se mêlent des univers apparemment distinct qui selon les individus  évoquent des éléments naturels ou des traces humaines.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s