STRUCTURES /// DÉSTRUCTURÉS

” Dans un célèbre poème de Mallarmé, on lit cet octosyllabes où trois mots s’assemblent : « Atlas, herbiers et rituels »… Ce vers conviendrait parfaitement à cette exposition. En effet, Sofia Beneteau nous offre le résultat d’un curieux rituel : elle copie des plans , puis à l’aide de papier carbone jaune, elle les réplique sur un papier noirci , les déplaçant dans un espace qui semble comme un négatif de leur support d’origine… En les recopiant ainsi, à main levée, ils perdent de leur précision, et deviennent pour ainsi dire l’esquisse approximative du plan d’origine, une sorte de croquis que l’habitant familier d’un lieu ferait à un visiteur égaré. Sur ce croquis, elle dessine alors, en les superposant aux tracés des cartes, des tracés s’inspirant de plantes poussant alentour de son atelier…

Le rapport entre ces ces deux univers est à la fois évident et singulier. Évident car les cartes représentent un territoire réel où la nature est présente, même si elle reste schématique… et singulier car il semble qu’autre chose interroge ce travail… quelque chose de plus intuitif… de plus nocturne. Finalement, de quoi s’agit-il, vers quel songe nous conduisent ces travaux lorsqu’on pose sur leur étrangeté un regard plus ouvert. N’y perçoit-on pas l’écho de ce motif fertile dans l’histoire des sensibilités, de ce thème commun aux époques inquiètes, déjà présent dans les gravures de Piranèse ; celui de la ruine, de l’ordre rationnel confronté à l’ordre biologique, celui de la géométrie perturbée par l’aléatoire ?… Du mesurable face à notre inépuisable subjectivité ?

Ici, bien sûr, ce thème nous parle sur un mode mineur, d’une manière malicieusement ludique et distanciée, comme la musique d’un théâtre lointain, mais comment oublier que s’y joue la même pièce nostalgique… et cependant   actuelle.”

Jacques Tallote

Encre, carbone et pigments sur papier / 21×60 cm / 2019

Encre, carbone et pigments sur papier / 21×60 cm / 2019